AuthorAbel Silvana Piskopani

HomeArticles Posted by Abel Silvana Piskopani

Traductions Officielles

Yes we are ! An official translation department is now opened in the Mojufisc Llc

The department will now be focused on the following aspects:

-technic translation

– juridical translation

-corporate translation

-financial translation

-marketing translation

-marketing translation

The department ensures not only the translation, but an authentification of those translations also. We are authenticating our translations nearby the ministry of external Affair and embassies. No matter the domain of your company, our staff is capable of giving professional translation service which always guarantees to dispose of trustworthy translations during you exchanges with customers, partners, colleagues and any other person who you are collaborating or communicating with

 

Our translators not only master many languages, but many domains in the world of business also. That permits us to confide your project to the persons who master languages but who is specialized(or keen on) in the domain in which you work.

Continue Reading

Intellectual Property

Mojufisc LLC  is a Leading Intellectual Property business Firm operating in sub-Saharan Africa especially in the OAPI (African Intellectual Property Organisation) and ARIPO (African Regional Industrial Property Organisation) regions. Our working languages are English, French , Portuguese , Spanish . Africa is fast becoming very significant for the world’s developmental endeavors especially in the economic and industrial spheres. The African market may be small and less developed compared to the other regions of the world, but it remains vital for economic concerns. The past half century has witnessed the implantation of the world’s major businesses in Africa and hence the need for the protection of intellectual property rights on the predominantly black continent is on a steady rise. Intellectual Property know-how on the continent has tremendously improved and the professionals in this field can be trusted.  Mojufisc LLC is such a reliable Intellectual Property professional and diligent Firm..

 

  • PATENTS AND CERTIFICATES OF ADDITION.
  • DOMAIN NAME  REGISTRATION.
  • LITERARY AND ARTISTIC PROPERTY RIGHTS.
  • TRADE & SERVICE MARKS
  • INDUSTRIAL DESIGN & UTILITY MODELS
  • LITERARY AND ARTISTIC PROPERTY
Continue Reading

TO INVEST AS AN NATURAL PERSON IN CAMEROON/SOLE PROPIETOR

 

The economic activity of a Country is greatly determined by the combined effort of various economic agents who provide goods and services. Although the needs of a modern economy are for greater than the means which a private individual businessman has in possession, private individual businesses, nevertheless, stand as the driving force of the economic operators.

Prior to investing as a natural person, every prospective entrepreneur has to consider the following questions before delving into business as a sole proprietor:
What is a sole proprietor?
What are the characteristics of a sole proprietorship?
What are the conditions to fulfill in a bid to float such a business and how does it function?
What are the hypotheses in which sole proprietor subjected under?
Can sole proprietors or private individual businessmen be joined in business by others within the same scope of business?
Sole proprietorship has no formal definition. However, it can be understood as all forms of business venture initiated and controlled by a natural person in his personal name without the creation of a separate entity. Also, it may be defined as every commercial activity run by a natural which has no distinct corporate personality, though duly registered in the Trade and Personal Property Credit Registry (R.C.C.M).

The different and principal forms of sole proprietorship are generally carried as traders, craftsmanship, liberal professionals and farmers.

After ascertaining the type of business to invest in as a natural person, the Cameroonian or foreign entrepreneur shall fulfill the following conditions, to wit:

To Register the business in the Trade and Personal Property Credit Register at the Court of First Instance of the area where the head quarters or head office of the venture is situated;
Establish a Tax payer’s card at the Tax office of the area where the business is situated;
Obtain a letter of non-indebtedness from the said Tax office;
Obtain an attestation of location from the said Tax office;
If the natural person is a foreigner, he must obtain a special business card issued by the Chamber of Commerce of the area where the business is situated;
Obtain a business license issued by the Tax Office area where the business is situated.

Sole proprietorship has its characteristics distinct from companies. Legally speaking, there exists no distinction between the proprietor/entrepreneur and his venture. Dispossessed of any corporate personality, the only patrimony left and identifiable is that of the owner of the business, in this case, the sole proprietor. The proprietor’s liability is unlimited to his business and any debts incurred by the business shall be expunged in consideration of his private property and even property acquired in marriage, if he is married under the regime of joint property.

The doing of business under sole proprietorship has its advantages as well as disadvantages:

ADVANTAGES:

– Liberty and flexibility to venture into new activities;
– Simplicity in its creation and management;
– The proprietor is faced with lesser procedures to run the business;
– Lighter tax regime.

DISADVANTAGES

– The unlimited nature of liability between the business and the proprietor;
– Relative limited growth at the business on the financial aspect, since the credibility of the company is directly linked to that of the proprietor;
– Difficulty in obtaining finances/loans from big institutions.

In summary, the choice of the type of business venture, especially as a sole proprietor depends strongly on the tax scheme and legal compliance vis-à-vis the business .It’s therefore important to gauge the advantages with the inconveniences of the different legal forms under which business can be done with regard to the anticipated activity, the personal situation of the proprietor as well as potential financial partners.

Reine B. TSAFACK DONGMO
Sollicitor
MOJUFISC

the business plan

Every entrepreneur though its venture who intends to take same to new heights of business or who wishes to start up business has to establish a blueprint on how he intends to proceed whilst considering the realities of the market in a well drafted document usually called a “Business Plan”. This document is invaluable both to the managers of the business venture (who always wish to have some kind of business manifest to or plan of action to face the realities of the field) as well as to investors or bankers who also wish to have a well founded idea of the opportunities which the market presents so as to gauge its profitability to better evaluate the business venture’s possibilities of repaying debts in the event of indebtedness.

The drafting of a business plan is usually done by the personnel of a business.

Astuteness in financial, sectorial, marketing analysis and accounting are key in coming up with a good business plan. In fact, a business plan should be conform to the following standards:
◾A market survey, operations, marketing and financial plans;

Also, some persons (natural persons or corporate bodies) may chose to establish business plans by sections ( Market survey, operations and marketing plan, financial plan established chronologically as per distinct entities) which may have as short coming, the want of coherence in the harnessing of the different entities involved; Whilst others will prefer to establish the business plan to incorporate all sectors in one document, which will obviously lack precisions in certain areas.

Nevertheless, as well and elaborate business plan invariably increases the chances of obtaining financing from banks and attracts investors to join the venture

 

Christian AMOUO

Cadre Commercial

Consultant en Étude de Faisabilité

Master en Banque Monnaie Finance Internationales- IRIC

by The Mojufisc’s team

Continue Reading

Entreprise individuelle

INVESTIR EN TANT QUE PERSONNE PHYSIQUE AU CAMEROUN

L’activité économique d’un pays est en partie le résultat du travail des divers agents économiques qui produisent des biens et des services. Les producteurs de ces richesses sont des entreprises. Bien que les nécessités de l’économie moderne dépassent les moyens dont dispose un commerçant isolé, l’entreprise individuelle reste cependant majoritaire dans notre société et est de plus le tremplin pour nombre d’opérateurs économiques.

Avant de se décider à investir en tant que personne physique, tout entrepreneur devrait se poser plusieurs questions :

– Qu’est-ce qu’une entreprise individuelle ?

– Quelles sont les caractéristiques d’une telle entreprise ?

– Quelles sont ses modalités de constitution et son fonctionnement ?

– Dans quelles hypothèses l’entrepreneur individuel peut-il engager sa responsabilité ?

– Quel est le régime fiscal de l’investisseur personne physique ?

 

L’entreprise individuelle n’a pas de définition formelle. L’entreprise individuelle peut êtreappréhendée comme toute forme d’activité initiée et conduite par une personne physique qui exerce en son nom sans avoir à créer une personne juridique distincte ; ou encore comme toute activité  dirigée par une personne physique, et qui n’a pas de personnalité morale, bien qu’elle soit inscrite au Registre du commerce et du crédit mobilier. Les différentes et principales formes d’entreprises individuelles sont : les commerçants, artisan, profession libérale, agriculteur.

 

Après avoir opéré le choix de l’investissement en tant que personne physique, l’entrepreneur de nationalité camerounaise ou étrangère doit remplir les modalités de constitution ; il s’agit de :

  • Se faire enregistrer au Registre du Commerce et de Crédit Mobilier domicilié auprès du Tribunal de Première Instance du siège de l’entreprise ;
  • Etablir une carte de contribuable auprès du service des impôts du lieu de situation de l’entreprise ;
  • Obtenir une attestation de non-redevance auprès du même centre des impôts ;
  • L’attestation de localisation ;
  • Une carte spéciale de commerçant pour les étrangers délivrée à la Chambre de commerce du lieu de situation de l’entreprise;
  • L’obtention de la patente auprès du centre des impôts du lieu de situation de l’entreprise.

L’entreprise individuelle a ses caractéristiques qui la distinguent de la société. Juridiquement, il n’existe pas de distinction entre l’entrepreneur et son entreprise. Etant dépossédée de personnalité morale, elle ne possède aucun patrimoine, si oui celui de l’entrepreneur. Ce dernier engage ainsi indéfiniment son patrimoine dans les dettes de l’entreprise, ainsi que celui de son conjoint en cas de mariage sous le régime de la communauté des biens.

 

La forme juridique de l’entreprise individuelle présente des avantages et des inconvénients :

 

LES AVANTAGES :

  • La liberté d’entreprendre de nouvelles activités ;
  • La simplicité de constitution et de fonctionnement ;
  • L’entrepreneur n’est pas en charge des procédures lourdes comme dans la société ;
  • L’autonomie de gestion ;
  • Le régime fiscal allégé.

 

LES INCONVENIENTS :

 

  • La non distinction entre le patrimoine de l’entrepreneur et celui de son entreprise ;
  • La responsabilité indéfinie de l’entrepreneur face aux dettes de l’entreprise, qui touche même ceux du conjoint en cas de mariage sous le régime de la communauté des biens ;
  • Sur le plan financier, possibilités de croissance limitées, car crédibilité de l’entreprise directement liée à celle de l’entrepreneur ;
  • Difficulté relative d’obtention de financement auprès de grandes institution.

 

 

En conclusion, le choix du statut juridique de l’entreprise n’est pas anodin. De celui-ci dépend le régime fiscal et les responsabilités légales vis-à-vis de l’entreprise. Il est donc important de comparer les avantages et les inconvénients des différentes formes juridiques au regard de l’activité souhaitée, de la situation personnelle de l’entrepreneur ainsi que de ses potentiels partenaires financiers.

 

 

 

 

Reine B. TSAFACK DONGMO

consultant juridique 

MOJUFISC

Continue Reading

business plan / plan d’affaire

Il est nécessaire pour Toute entreprise qui souhaite se lancer dans une nouvelle phase de développement ou qui souhaite démarrer ses activités de retranscrire le chemin qu’elle souhaiterait emprunter, en tenant compte des réalités du marché sur un guide: ‘’ le Business Plan ou Plan d’Affaire’’. Ce document pour être synthétique sert de guide aussi bien aux managers des entreprises (qui souhaitent avoir une sorte de cahier de routes pour l’exécution de différentes actions afin de les confronter à la réalité) qu’aux investisseurs ou ȧ des banquiers qui eux,   préfèrent souvent avoir une idée des opportunités du marché mis en question afin d’entrevoir la rentabilité future ou la capacité de solvabilité de l’entreprise à l’échéance en cas d’endettement.

L’établissement d’un business plan se fait généralement par des professionnels. Les compétences requises ici sont celles de l’analyse financière et comptable, de l’analyse sectorielle et de l’analyse marketing. En effet, un business plan qui respecte les standards devrait comporter: une étude de marché, Un plan opérationnel et marketing et un plan financier. Ainsi, certains choisiront de se faire établir un business plan de manière séparé par compétence (étude de marché, plan opérationnel et marketing et plan financier effectués chronologiquement par des entités distinctes) avec pour inconvénient le risque d’un manque de cohérence dans l’enchaînement des hypothèses; tandis que d’autres préféreront la confier à une seule entité avec comme risque un manque d’approfondissement dans certaines analyses.

Toujours est-il qu’un business plan bien monté et bien présenté augmentera toujours vos chances d’obtenir des financements de votre banquier; de convaincre des investisseurs ȧ rejoindre votre entreprise. Aussi, il vous aidera à planifier chaque action en confrontant les résultats de cette action aux prévisions.

 

Christian AMOUO

Cadre Commercial

Consultant en Étude de Faisabilité

Master en Banque Monnaie Finance Internationales- IRIC

 

https://www.linkedin.com/profile/view?id=AAMAAAvjjS4BaVwXoO5xX1Qvbz0n3nqDO5wz35I&trk=hp-identity-photo

 

Continue Reading

Fonds de Commerce

Le fonds de commerce

 

Se lancer dans une activité commerciale n’as toujours pas été chose aisée Vue les nombreuses formalités à accomplir dans le développement d’un commerce.

Il est donc de coutume que certaines personnes encore novices mais désireuses de s’engager dans le monde des affaires préfèrent s’acquérir un fonds de commerce dans l’optique de contourner les tracasseries de l’implantation. Encore faut-il connaitre les contours de cette notion.

La notion de fonds de commerce aussi complexe qu’elle soit mérite d’être analysée par tout potentiel acheteur. Il serait donc important d’éplucher de plus près cette notion tout en exposant son régime juridique (ensemble de règles de droit applicable à une activité une personne, une institution une chose) pour ensuite soulever la problématique de sa réelle valeur économique

Alors ! qu’est-ce qu’un fonds de commerce ?

Nous pouvons définir un fonds de commerce comme étant un ensemble d’éléments qui concourent au développement de l’activité d’un commerçant. En d’autres termes, le fonds de commerce est un ensemble d’éléments mobiliers corporels et incorporels, constitué en vue d’attirer une clientèle.

Dans un fonds de commerce, nous avons des biens corporels et des biens incorporels.

Comme biens incorporels, nous pouvons citer :

  • -la clientèle,
  • -l’achalandage (clientèle de passage retenue du fait de l’emplacement du fond de commerce)
  • -le droit du bail,
  • -l’enseigne et le nom commerciale
  • certaines autorisations telles : marques, brevets, logiciel,

Comme biens Corporel nous pouvons citer :

  • -la marchandise /stock,
  • -matériel (matériel de bureau, matériel d’exploitation, établissement,…).

 

Au Regard des composites d’un fonds de commerce, peut-il être cessible (vendu ou transmis), ou même Nanti ?

A cette question nous répondons par l’affirmative. Oui le fonds de commerce peut bel et bien être transmis à titre onéreux ou gratuit il peut également être nanti. Cependant il faudra respecter les exigences de la loi élaborée par le législateur dans le but de protéger respectivement l’acquéreur, le vendeur et le tiers créancier.

La cession de fonds de commerce peut se faire par acte notarié (devant un notaire) ou par acte sous seing privé (entre les parties sans la présence d’un notaire).

L’acte de cession de fonds de commerce doit faire état de certaines mentions obligatoires.

  • -le nom du vendeur ou transmetteur du fonds de commerce, la date et la nature de son acte d’acquisition (à titre onéreux ou gratuite), le prix de cette acquisition. Le prix de chaque composite devant être présenté respectivement ;
  • -l’ état des privilèges et nantissements(le fonds de commerce est-il grevé d’un droit ?) ;
  • -Le chiffre d’affaire réalisé au cours de chacune des trois dernières années (présenter si possible les Etats financiers) ;
  • -Les bénéfices commerciaux ;
  • -la situation du bail et sa durée.

 

Nous vous recommandons avant toute acquisition d’un fonds de commerce de procéder à une vérification systématique de ce fonds de commerce. Constater que celui-ci n’est grevé d’aucun droit (est libre de toute charge ou gage). L’acte de cession devra être enregistré auprès des services des impôts au lieu de la situation du fonds de commerce et par la suite devra être publié dans les délais.

Vous pourriez aussi insérer des clauses d’exécution dans l’acte de cession tout en indiquant les délais afin de ne pas être infiniment tenu.

Le Nantissement d’un fonds de commerce

 

Selon Serge Brodeau,

<<Le mot « nantissement » est plus communément utilisé par les praticiens pour désigner les sûretés portant sur les fonds de commerce. Le propriétaire qui a consenti un nantissement sur son fonds de commerce, conserve le droit de continuer à gérer son entreprise. Il est seulement empêché de le vendre ou d’en faire l’apport en société sans l’accord du créancier. Cette forme de gage porte le plus souvent à la fois sur les éléments matériels (mobilier, matériel technique, parc automobile) et sur les droits qui sont attachés au fonds de commerce>>.

Le nantissement d’un fonds de commerce peut être conventionnel ou judiciaire.

-il est conventionnel lorsqu’ il est fait à titre préventif comme mesure de sureté. Il permet au débiteur d’obtenir des crédits dans le cadre de son activité sans être dessaisi de son fonds de commerce.

-il est cependant judiciaire lorsqu’il est émis à titre conservatoire ou en exécution d’un titre exécutoire au profit d’un créancier ayant des craintes pour le recouvrement de sa créance.

 

Le Créancier nanti dispose du droit de suite et de préférence et est couvert sur la totalité du prix de vente de tous les éléments compris dans le nantissement. Le nantissement est donc opposable aux créanciers chirographaires (créanciers n’ayant pas de garanti).

 

Nous recommandons à tout créancier désireux d’adopter ce genre de sûreté de vérifier :

-la propriété du fonds de commerce (si le débiteur est le réel propriétaire),

-L’exploitation effective du fonds de commerce et sa clientèle,

Aussi, veiller à ce que l’inscription du nantissement puisse être effective.

 

la valeur réelle d’un fonds de commerce : un élément qui ne saurait être négligé.

Cet élément est important pour les deux parties.

  • le vendeur/transmetteur

Le vendeur devrait pouvoir connaitre la réelle valeur de son fonds de commerce afin de bénéficier évidemment sur le prix de vente. C’est ainsi qu’en plus de l’évaluation des biens mobiliers corporel et incorporel, il devra y ajouter le <<GOODWILL>> qui représente les avantages économiques future (emplacement, bonne relations d’affaire(…)).

                       -l’acquéreur

 

L’acquéreur devrait avoir tous les renseignements sur le fonds de commerce. Il serait donc important de se baser sur l’analyse des Etats financier des trois dernières années (bilan, résultat, flux de trésorerie, capitaux propre). S’attarder sur des éléments tels : l’amortissement, le passif…

L’amortissement est la répartition systématique du coût d’un bien sur sa durée d’utilité. Il serait donc curieux d’acquérir un bien à sa valeur initial alors que celui-ci a déjà consommé la moitié de sa durée de vie. Vous devrez donc vous attarder sur le calcul de l’amortissement selon la méthode précisée ou choisi par le vendeur dans son bilan.

 

 

Au regard de tout ce qui a été dit, nous comprenons que la notion fonds de commerce n’est pas à prendre à la légère. Avant de se lancer dans cette aventure nous vous conseillons de faire recours à un expert qui pourra vous aider à prendre une décision. Nous espérons avoir apporté un plus dans vos connaissances. Et si vous avez des préoccupations, notre équipe est à votre disposition.

 

ABEL PISKOPANI

consultant en investissement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Continue Reading

investir au Cameroun

photo

Comme tout pays désireux d’améliorer le climat des affaires sur son territoire, le Cameroun n’a cessé d’aménager des textes visant à faciliter l’investissement privé.
En plus d’une série de textes nouveaux en 2013, relatifs aux incitations à l’investissement privé au Cameroun, plusieurs mesures anciennes avaient déjà été prises. Parmi tant d’autres, nous pouvons évoquer des dispositions facilitant la création d’entreprise en 72 heures.
Investir au Cameroun ne relèverait pas du mysticisme ou de l’impossible. Le vrai souci se trouverait donc ailleurs. Tout entreprenant devrait respecter les préalables à la création d’entreprise.
Notons que le terme  n’a jamais été synonyme de societe . Nous avons des entreprises exploitées par des personnes physiques sans qu’une société ait été créée au prealable. (Artisans, agriculteurs, commerçants etc…) Le terme entreprise se rapprocherait plus de celui d’activité lucrative.
Décider donc d’investir dans une activité quelconque devrait nous soumettre à une certaine chronologie d’idées. N’oublions pas que toute maison repose sur ses fondations.
Une étude du marché s’avère primordiale , ensuite le choix du statut juridique tout en tenant compte de ses implications fiscales (exercer en tant que personne physique ou en tant que personne morale) et enfin le coût de l’investissement.
I- L’étude du Marché
De nombreux entreprenants négligent encore cette étape si importante dans la réalisation de leur projet. Pour ma part, je résumerais l’étude de marché à une observation intelligente de la sphère commerciale convoitée afin d’en tirer des conclusions riches, bénéfiques à un éventuel investissement.
Deux cadres doivent être mis en exergue dans une étude de marché : les potentiels concurrents et la clientèle susceptible d’être visée.
Il faudrait pouvoir :
-déterminer l’existence d’un marché potentiel présentant des ouvertures et pouvant assurer la pérennité de l’entreprise. (bien évaluer la capacité à pouvoir se faire une place sur le marché)
– faire un choix stratégique sur son implantation (la connaissance du marché permettra de prendre position sur la place qu’on souhaite occuper.)
– déterminer les modalités de vente et la fixation des prix.

Tout dépend du secteur d’activité. Je vous prendrais l’exemple d’un Sieur X qui souhaite créer une entreprise ayant pour objet les travaux publics. Mr X ne saurait s’engager sans au préalable étudier les modalités d’attribution des marchés publics. Il faudrait qu’en fonction de ses moyens et des sondages faits, qu’il puisse savoir quelle position souhaite-t-il occuper, quel genre de marcché souhaite t-il exécuter, et serait-il capable de présenter tous les moyens exigés pour une attribution de marché convoité? L’étude de marché permet en lui-même une évaluation financière de son investissement et de la faisabilité de son projet. Il est bien vrai que personne ne pourrait prédire une réussite mais une étude préalable vous permettrait de mieux s’y prendre et de bien connaitre les réalités du projet.

II Le choix d’un statut juridique et implications fiscales
A– le choix d’un statut pour son entreprise
Alors, qu’entendons-nous par statut juridique ?
Nous pouvons définir un statut juridique comme un ensemble de dispositions légales applicables à une personne ou à un groupe de personnes. Plus simplement, je dirais qu’il pourrait être assimilé à une étiquette attribuée à une personne physique ou morale , lui conférant certains droits tout en lui imposant des obligations. C’est donc une règlementation imposée selon le choix d’exploitation.
Excepté les cas où la loi impose un statut juridique à adopter, le créateur d’entreprise, en principe, a le choix sur la forme de son exploitation. Il peut choisir d’exercer en tant que personne physique ou en tant que personne morale.
Voici quelques questions susceptibles de vous aider à faire votre choix :
1-le créateur d’entreprise envisage-t –il séparer son patrimoine personnel du patrimoine de son entreprise ? Rappelons que le principe en droit est celui du patrimoine unique. Toute personne physique ou morale a droit à un patrimoine et celui-ci est unique.
2-le créateur souhaite-il créer une entreprise individuelle ou en association (veut –il exercer en tant que personne physique ou en tant que personne morale ?
3- quels sont les besoins de financement de la nouvelle structure ?

Nous comprenons que la réponse à ces différentes questions nous fera adopter soit une forme physique soit une forme sociale.
Le choix d’une personne physique nous soumet à la contrainte d’enregistrement au RCCM (Registre de commerce et de crédit Mobilier) en tant que commerçant ou en tant qu’ entreprenant tel que prévu dans l’Acte uniforme OHADA relatif au Commerce général. Cet enregistrement donne le droit d’ouvrir un ou plusieurs établissements. ( donc en principe l’établissement n’est pas une société).
Le choix d’une personne morale entraine une seconde distinction parmi tant de formes sociales prévues dans l’Acte uniforme OHADA relatif au droit des sociétés commerciales. L’Acte Uniforme sur le droit des sociétés distingue :
• Les sociétés civiles des sociétés commerciales ;
• Les sociétés de personnes des sociétés de capitaux.
Je me limiterais à vous parler des plus communes et de leur régime juridique et fiscal tout en vous soulevant leurs avantages et éventuellement leurs limites :
-La SNC (sociétés en nom collectif) ici, les associe
-les SCS (sociétés en commandite simple)
-SARL (Société à responsabilité limitée)
-SA (Société Anonyme)
-SAS (Societé par Actions simplifiées )
a)les SNC
Ce sont des sociétés dans lesquelles les associés ont tous la qualité de commerçants et répondent indéfiniment et solidairement des dettes sociales. il en résulte que si la société fait des pertes, il est possible de demander à l’un des associés de régler la totalité du passif social, cet associé se retournant ensuite contre ses coassociés pour leur demander leur part contributive.
Alors pour revenir à une critique soulevée plus haut, choisir une telle forme sociale ne nécessite-t-elle pas un minimum de connaissances sur ses conséquences Juridiques ??? Il ne suffit pas de créer une société, création qui généralement n’est confrontée a aucun obstacle sur le terrain (ni en temps ni en procédure) si ce n’est en ce qui concerne des activités soumises à des autorisations préalables
b) les SCS
Les sociétés en commandite simple regroupent deux catégories d’associés : les commanditaires et les commandités. Les commandités ont la qualité de commerçant, et répondent indéfiniment et solidairement des dettes sociales, ils sont les seuls à pouvoir gérer une société. Les commanditaires ne sont pas commerçants et ne répondent des dettes sociales qu’à concurrence de leurs apports à la société.
C) Les SARL .
Toutes personnes y compris les étrangers sont libres de créer une Sarl au Cameroun. Ce sont des sociétés dont les associés n’ont pas la qualité de commerçants et ne sont responsables qu’à concurrence de leurs apports. Le capital minimum d’une SARL est de 1.000.000 FCA et est divisé en parts sociales donc la valeur minimale ne peux être en dessous de 5.000 FCFA. Plus concrètement si vous voulez créer une SARL vous devriez prévoir un capital minimum d’1 million de FCFA et la valeur nominale d’une part ne peut être inférieure à 500fcfa. Les parts sociales d’une Sarl ne sont pas en principe librement transmises. Le nouvel associé devra être agréé par la majorité en nombre détenant plus de 3/4 du capital social.
La SARL peut aussi être constituée par une seule personne (société unipersonnelle). Mais pourquoi une personne voudrait-elle créer une société tout en restant associé unique ? La réponse pourrait se trouver dans le fait de vouloir isoler son patrimoine propre et d’assurer la pérennité de son entreprise . Dans une Sarl, le partenaire ou l’entreprenant n’est responsable qu’à concurrence de ses apports. Il est très difficile que ses biens propres puissent être saisis même en cas de faillite sauf preuve d’une faute personnelle ou de dissimulation de biens.
D) Les SA
Toutes personnes y compris les étrangers peuvent créer une SA au Cameroun. Les sociétés Anonymes sont des sociétés dont les actionnaires n’ont pas la qualité de commerçant et ne sont responsables qu’à concurrence de leurs apports. Le capital d’une SA et d’un montant minimum de 10 000 000 FCFA (si elle ne fait pas appel public à l’épargne) et de 100 000 000 FCFA (si elle fait appel public à l’épargne)
Dans une SA, les associés peuvent céder librement leurs actions (c’est une société de capitaux où seul l’investissement compte). Le nouvel actionnaire n’ayant en principe pas besoin d’être agréé.

B) Processus de création ou de naissance d’une entreprise individuelle (commerçant, entreprenant) ou d’une entreprise sous forme de société.
-a) En dehors des cas des mineurs, des majeurs incapables ou des étrangers qui sont astreints à certaines obligations particulières, tout individu peut librement se livrer à un commerce. Étant donné que la qualité de commerçant est rattachée a la personne, sa responsabilité tout entière peut être engagée en cas de litige.
* le mineur qui veut faire un commerce devra demander l’émancipation
*le majeur incapable devra être assisté par son curateur
* les étrangers sont tenus d’obtenir un agrément de l’autorité compétente en l’occurrence le Ministre du Commerce. Ils doivent donc en plus d’une carte de séjour obtenir une carte de commerçant.
-le postulant à la qualité de commerçant doit :
S’inscrire au RCCM (Registre de commerce et du crédit mobilier).
Les pièces suivantes sont requises à l’inscription :
• Une demande timbrée adressée au Greffier en chef du TPI (tribunal de première instance)
• Une copie légalisée de la CNI ou de la Carte de séjour
• Un extrait de casier judiciaire (bulletin no 3)
• Un certificat de domicile
• Un contrat de bail régulièrement enregistré (10% du loyer annuel)
• Une copie légalisée de l’acte de naissance
• Un certificat de célibat ou copie d’acte de mariage

NB : il s’agit ici de l’immatriculation des personnes physiques.

En pratique, un centre de facilitation à la création d’entreprise a été mis sur pied. Et je peux vous rassurer que celui-ci fait vraiment son travail. Le véritable problème se trouve souvent au niveau de l’enregistrement du contrat de bail. De nos jours certains centres des impôts demandent A voire si le bailleur est en règle en sollicitant son titre foncier … alors si votre bailleur n’est pas en règle vous y perdrez un peu de temps. Mais il est également prévu une voie de recours dans ce cas et vous serez tenu de payer des précomptes sur loyer (impôt qui incombe au bailleur).( on en reviendra)
Pour des étrangers non-résidents au Cameroun, l’article 13 de la loi 2013 du 18 Avril 2013 fixant les incitations à l’investissement privée en République du Cameroun déclare :
<>
b) Processus de création des entreprises sociétaires.
La constitution d’une société commerciale n’est soumise en principe à aucune autorisation administrative. Elle est libre à toute personne et même aux étrangers. Cependant, dans les SCS (société en commandite simple) et les SNC( société en nom collectif) , s’il y a des étrangers, ils devront obtenir une autorisation s’ils détiennent plus de 50% du capital.
En dehors des cas ou les secteurs d’exploitation visés requierent une autorisation préalable ( hydrocarbure, banque, assurance….) , Les SARL et les SA sont exemptes d’autorisation. Toute personne peut créer son entreprise sous forme de SARL ou de SA.

La constitution d’une société nécessite un accord de volonté (statuts). Pour la société unipersonnelle, un acte unilatéral émis par l’actionnaire/associé unique appelé également statut.
-Les statuts doivent être conformes aux principes protégés par le code civil en droit des contrats et aux règlementations de la personnalité morale choisie.
-les sociétés ne jouissent de leur personnalité juridique qu’à partir de leur immatriculation au RCCM. Si la société n’est pas immatriculée elle reste un simple contrat et non une personne morale. C’est cet enregistrement qui fait naître une seconde personne distincte de vous.
Pièces requises :
*une demande d’enregistrement adressée aux greffiers en chef du Tribunal competant
*2 exemplaires certifiés conformes des statuts
*2 exemplaires de la déclaration de régularité ou de la déclaration notariée de souscription de versement.
* 2 exemplaires de liste certifiés conformes de gérants, administrateurs ou associés
*2 extraits de casier judiciaire. Un étranger devra fournir également un casier judiciaire émanant des autorités de son pays de naissance, ou à défaut un autre document tenant lieu.

B) Implications fiscales de la création d’une entreprise.
De tout ce qui en découle, nous voyons que la naissance d’une entreprise n’est pas conditionnée par l’obtention d’un régime fiscal, mais le régime fiscal en est une conséquence. Avant que les obligations fiscales ne soient exécutées, l’entreprise existe déjà de par son immatriculation.
Alors que dire des implications fiscales :

Au Cameroun le créateur d’entreprise doit savoir qu’il pourra être assujetti soit :
-A l’impôt libératoire qui est réservé à une certaine catégorie d’entreprises (artisanat, vendeur ambulant, petit commerçant dont le chiffre d’affaires ne peut excéder 10 millions de FCFA). Cet impôt est payé par trimestre , par activité et par quartier. Cependant, lorsque pour un contribuable soumis à l’impôt libératoire des éléments dispositifs permettent de déterminer un chiffre d’affaire supérieure à 10 millions, ledit contribuable est soumis à la patente et selon le cas au régime simplifié ou au réel.
-A la patente, en plus des entreprises dont le chiffre d’affaire est supérieur à 10 millions, nous avons des contribuables obligatoirement assujettis ( personne morale : SARL, SA, SNC, SCS… et certaines activités ) . Le contribuable soumis à la contribution des patentes est tenu de déclarer l’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP) ou L’impôt sur la société (IS) selon son statut juridique.

Donc si vous êtes une société, par exemple, vous serez assujetti à la patente et vous devriez déclarer l’IS (impôt sur les société) et si votre chiffre d’affaire est inferieur à 50 millions , vous appartiendrez au régime simplifié ( qui ne collecte pas la TVA) . Si votre chiffre d’affaire est supérieur à 50 millions vous serez au régime réel (collecte de la TVA)

Et si vous exercez en tant que personne physique, vous, votre activité et votre chiffre d’affaires détermineront votre position.

Pour ceux qui seront intéressés, bien vouloir poser des questions pour plus de précisions.

Le débat est ouvert. nous pourrions par exemple parler des secteurs d’activité en plein essor au Cameroun et des aménagements prévus dans la facilitation de leur développement.

Abel silvana

consultant en investissement

et en gestion d’affaire